Architecte

Forme-Concept, Bernard Tschumi à la cité de Chaillot

Avant-hier intervenait Bernard Tschumi à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine. Autant vous dire que l’auditorium est plein à craquer, que l’invité porte son écharpe rouge et que le sujet de la conférence est sur le lien entre Forme et Concept.

Tout commence avec 5 définitions de l’architecture :

Espace, mouvement, évènement

L’évènement questionne la forme et ce qui se passe dans l’architecture est aussi important que l’architecture elle-même.

Programme et montage

Entre l’espace et l’action, l’évènement, qui s’y déroule, on peut avoir réciprocité, indifférence ou conflit. L’architecte joue sur ces relations en tension où la signification de la forme change selon le contexte où elle se trouve.

Enveloppe et vecteur

L’enveloppe est tant horizontale que verticale et se détache ainsi de la simple façade pour inclure la peau toute entière du bâtiment. L’architecte est enveloppeur et utilise les variations de lumière, les filtres, les transparences, les épaisseurs, etc, pour composer l’enveloppe de l’architecture. Celle-ci est ensuite habitée par le mouvement des foules, qui sont une véritable matière de l’architecture. L’architecture n’existe pas sans le mouvement des corps dans l’espace.

Concept, contexte, contenu

Il faut bien comprendre qu’en architecture, tout a déjà été fait, ou presque, et seul le contexte change.

Forme-Concept

Sans faire du formalisme, la forme peut être considérée comme un point de départ. La décision que prend consciemment l’architecte devient la base d’une confrontation entre une forme et un site, un programme.

Puisqu’il n’y a pas d’architecture sans contraintes, l’architecte a tout intérêt à mettre en valeur ces contraintes, à prendre pour partenaire l’existant. Alors que les architectes ne choisissent pas le site, ils choisissent le concept.

Bernard Tschumi nous montre ensuite quelques uns de ses projets, toujours en abordant cette notion de forme-concept. Entre les folies de la Villette (concept contextualisé), la passerelle de la Roche/Yon, le stade de Rouen ou le musée de l’Acropole à Athènes (contexte conceptualisé), on retrouve toujours le rouge et une conceptualisation sous-jacente, idée directrice du projet. Renseignements et photos des projets sur le site officiel de l’architecte.

Ainsi, alors que les architectes ont toujours besoin de justifier la forme par une série de contraintes objectives et rationnelles, Bernard Tschumi assume sa recherche de forme qui fait de l’architecture une matérialisation d’un concept parti du réel.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s